Sucré-salé de larmes et d'émotions - Ft. April
avatar
Je suis Callum
0 messages
Date d'inscription : 31/07/2018
Messages : 9
Avatar : Lucas - Mother 3
Age du personnage : 4 ans
Voir le profil de l'utilisateur
03.08.18 17:51
Le lourd silence de l’abandon. Tout était pesant, l’air, tes larmes, ton cœur. Tu usais de tes cordes vocales avec acharnement, mais c’était comme crier dans l’espace, rien n’était là pour porter le son jusqu’à une autre personne. La trotteuse défilait à une vitesse ridicule comparativement à l’ordinaire. Tu t’étais résolu, toi et l’étau qui se serrait de plus en plus dans ton poitrail, ta mère t’avait réellement laissé tomber. L’archi-cauchemars de tout bambin semblait être ta propre existence désormais. Enfin, il ne l’était pas devenu seulement pour toi mais cela tu l’ignorais encore.

Tu ne pouvais plus rien faire d’autre que pleurer à chaudes larmes les fesses posées sur le sol, ton doudou, seul allié qu’il te restait, à la main. Déjà, de base, tu étais très vulnérable, peut-être même plus que la plupart des enfants de ton âge, mais là actuellement, c’était encore pire qu’à l’accoutumé. Il allait falloir t’endurcir Callum si tu voulais survivre au-delà de ta maison, maintenant que votre petite île s’était transformée en allégorie de l’anarchisme infantile, mais tu étais loin de te douter de tout cela.

Soudain, tu sursautas et arrêtas l’écoulement continu de tes larmes de crocodiles. Un bruit sourd venait de résonner et il semblait venir de ton jardin. Tu étais tétanisais sur place, tu n’arrivais qu’à respirer et à cligner des yeux, rien d’autre. Une ombre se dessinait derrière le rideau gris qui se trouvait devant la baie vitrée.

Callum ! »

Une voix douce et vaguement familière venait d’appeler ton nom en associant son geste avec un nouveau coup sur la vitre. Tu te dirigeas alors doucement vers le fameux morceau de tissu à moitié opaque et passa quelques centimètres de ta tête derrière ce dernier. Tu essayais de te pas te faire voir, mais c’était vraiment loupé. On te voyait quasiment en entier depuis l’extérieur. Tes yeux découvrirent une jeune fille aux cheveux rose bonbon qui semblait être beaucoup âgé que toi, tu aurais dit au moins 26 ans selon tes estimations infantiles. Tu la connaissais, c’était ta voisine, tu en étais certain (et ça c’était quelque chose, car il y avait peu de chose dont tu étais parfaitement certain).

Tu restas un long moment sans lui adresser le moindre geste ni réponse. A vrai dire tu ne savais pas vraiment quoi faire. On t’avait dit toujours dit ne pas ouvrir à des inconnues, mais d’un autre côté, là ce n’était pas une inconnue vu qu’il s’agissait de ta voisine, du coup cette règle n’était donc pas valable ici ? Du haut de ton petit mètre et des brouettes tu te décidas finalement à pousser le loquet de fermeture de la porte-fenêtre sur la pointe des pieds et non sans mal. Tu laissais maintenant le soin à ta jeune visiteuse de pousser la vitre tout en restant un peu sur tes gardes, ton doudou au creux de la main pour te donner force et courage.
avatar
0 messages
Date d'inscription : 21/05/2018
Messages : 36
Avatar : Megurine Luka • Vocaloid
Age du personnage : 15 ans
Voir le profil de l'utilisateur
06.08.18 17:10

 
Jour de la disparition des adultes

Des pleurs. April entendait vaguement des pleurs d’enfant. Sans réfléchir, elle quitta rapidement son appartement (sans oublier de bien fermer la porte derrière elle) et se dirigea instinctivement vers ce qu’elle croyait être la source de ceux-ci. Ils provenaient de la maison voisine. Celle du petit Callum.

Il ne fallait pas être divin pour deviner qu’il avait besoin d’aide. Alors elle traversa le jardin de la maison du petit garçon et, sans hésiter, frappa la porte fenêtre qui était fermée. Elle appela ensuite le Callum par son prénom de sa voix douce ce qui fit arrêter ses pleurs. Celui-ci mis au moins quelques minutes à se décider de lui ouvrir.

Elle ne lui voulait aucun mal. Il avait besoin d’elle et elle n’allait pas rester là sans rien faire, ce n’était absolument pas dans sa nature de laisser les personnes en détresse, encore moins un aussi jeune enfant. Celui-ci devait être perdu depuis la disparition des adultes et ne devait pas comprendre ce qu’il se passait. Étant donné qu’ils étaient voisins, la mère de Callum avait déjà fait appel à April pour le garder lors de ses absences. De ce fait, la jeune fille le connaissait vaguement. Elle savait qu’il était un petit garçon adorable qui ne ferait jamais de mal à une mouche. Et il pouvait compter sur elle.

Elle le retrouva avec son doudou en main. Elle se rapprocha de lui et lui caressa doucement sa petite tête blonde, comme le ferait une mère à son enfant. «  Callum… Ça va aller je suis là ! » Dit-elle doucement. Elle ne voulait pas l’effrayer.  Même si il ne pleurait plus ses joues étaient trempées de larmes, ce qui était tout à fait normal vu la situation.

« Tu me reconnais ? Je suis April, ta voisine. » Elle prit alors la main libre de Callum, celle qui ne tenait pas le doudou, et serra celle-ci dans les siennes pour le rassurer. Elle ne savait pas trop quoi faire dans ce contexte là mais elle resta calme. Elle était beaucoup plus âgée que lui et il était dans son devoir qu’elle s’occupe de lui, elle ne pouvait pas le laisser là sans rien faire.

« Je sais que la situation est compliquée.. Je ne comprends pas tout moi même... » Que pouvait-elle bien expliquer à un si jeune enfant ? Que tous les adultes y compris sa mère avaient disparu et qu’elle n’avait pas la moindre explication ?

Elle l’amena alors s’asseoir sur le canapé, dans le salon. Elle allait prendre le temps de le calmer et de lui expliquer la situation. Elle espérait seulement que la vérité ne sois pas trop dur à entendre pour Callum, elle même était très atteinte par la disparition de ses parents.

Page 1 sur 1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
Sauter vers: