We were light and paper thin ♣ Cassie
avatar
Je suis Alvah Harper
0 messages
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 18
Avatar : hibiki kuze - shin megami tensei devil survivor 2
Age du personnage : 13 ans
Voir le profil de l'utilisateur
27.06.18 17:50


We were light and paper thin
ft Cassie
Lassitude. Tes yeux parcouraient le plafond du salon comme s'il finirait par apporter la réponse à l'ensemble de tes questions. Le cœur trop lourd que pour t'agiter, tes doigts dessinaient sur le sol des cercles sans s'arrêter. Tu avais rassemblé et entassé aussi bien que possible sous le canapé des feuilles dont tu avais utilisé frénétiquement le moindre espace, si bien que te relire t'était devenu impossible. Tu te sentais claustrophobe des quadrillés, prisonnier de ces lignes pré-tracées comme des barreaux. Identiques et aussi immuables que ces quatre murs entre lesquels le temps se faisait si long.

Tu t'étais surpris à vouloir déposer la plume de ton stylo sur la peinture gris clair.
Lorsque tu étais gamin, papa t'avait puni pour avoir gribouillé au crayon bleu sur ceux de ta chambre.
Tu voulais qu'il rentre pour te gronder à nouveau.

Tu te souvenais des séries à la télé Alvah, de ces choses pour les grands que tu regardais dans le dos de tes parents avec ton grand-frère. Tu te souvenais qu'ils étaient fous, dangereux ou adeptes de théories du complot ceux qui peignaient les murs de mots, voire les trois à la fois. Tu étais moins dangereux qu'un pissenlit. Tu étais trop naïf que pour croire que quelqu'un était responsable de t'avoir séparé de ta famille. Tu espérais ne pas être en train de perdre la tête.

Toi tu voulais juste du papier, n'est-ce pas ? Pas de raison de s'inquiéter.

Tu te rassuras en répétant à haute voix cette affirmation. La gorge serrée, tes paroles tremblaient autant que ton corps que tu oubliais. Peut-être que finalement, tes courses seraient plus longues que ce que tu avais initialement anticipé. Sauter les repas, ça te rendait plus fatigué, mais ça te permettait de te faufiler plus aisément dans des espaces étroits. Ou en théorie tout du moins. Ton hoodie aux longues oreilles de lapin avait tendance à s'accrocher un peu partout, mais tu étais incapable de t'en passer.

C'était ta façon d'avoir ta propre cape de super héros.

Tu connaissais le chemin pour l'avoir parcouru à de nombreuses reprises. Tu étais du genre routinier, à ne pas t'aventurer trop loin et risquer de te perdre pour de bon. Cependant, te voilà qui fit un détour après t'être immobilisé un instant. Tu tournas la tête dans toutes les directions, comme un animal qui s'assurait de ne pas être suivi, puis tu t'écartas de ton itinéraire. Tes priorités changèrent à l'instant où tu songeas à Cassie. Tu avais nettement moins de ses nouvelles depuis que tu n'avais plus à te rendre à l'école alors tu voulais t'assurer qu'elle se portait bien. Tu ne savais pas si elle serait encore là où elle habitait quand tu allais jouer chez elle et pourtant tu trottinas le plus silencieusement possible jusque là, ramassant une petite pierre par terre.

Tu aurais pu frapper à la porte, mais depuis la disparition des adultes, la peur de voir ton appartement saccagé rimait avec celle de tomber nez à nez avec un squatteur. Alors tu restas à distance histoire de pouvoir détaler en cas de besoin, et tu lanças le caillou contre l'une des fenêtres, pas assez fort que pour briser, juste assez que pour faire un peu de bruit avant de siffler pour lui faire comprendre que c'était toi.






You take things so hard and then you fall apart



Your heart's too big for your body

avatar
Je suis Cassie
0 messages
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 23
Avatar : qiu tong - tamen de gushi
Age du personnage : treize ans
Voir le profil de l'utilisateur
28.06.18 10:59
we were light and paper thin
#A2BED6
@Alvah
Cassie aurait dû réviser son cours de mathématiques, mais Cassie n'aime pas les mathématiques. Elle n'aime pas les chiffres et ne comprend pas vraiment l'intérêt de les multiplier ou de les additionner pour que ça donne un résultat, toujours avec des chiffres. Alors, au lieu de travailler et de comprendre tout ça, la jeune fille a sorti son bloc-note où elle s'amuse à dessiner à l'intérieur. Cassie ne sait pas très bien amuser, mais c'est toujours plus amusant de dessiner des fleurs avec un gros soleil qui les éclaire que faire des multiplications. Elle sort sa trousse qui renferme tous ses crayons de couleur et elle colorie un dessin qu'elle avait fait il y a quelques jours. Elle préfère aussi le coloriage au dessin, c'est plus facile. Au moins, elle sait colorier sans dépasser. Maman lui achetait toujours des cahiers de coloriage, malheureusement Cassie les remplissait trop vite alors elle ne peut plus que faire ses propres cahiers de coloriage maintenant. Ses dessins sont un peu maladroits, cela ressemble à chaque fois à des gribouillis. Les proportions sont loin d'être respectées et ses maisons par exemple sont toutes carrées. Elle aimerait bien savoir dessiner mais quelque part, elle préfère largement jouer de la trompette ou encore chanter.

Après une bonne heure à colorier tranquillement, Cassie va s'occuper de ses lapins nains. Au moins eux, ils n'ont pas disparu. Cela rajoute un peu de vie à la maison. Cassie n'aime pas que la maison soit trop silencieuse alors elle aime écouter ses lapins jouer, sauter dans la cage ou même encore les entendre boire avec beaucoup de bruit alors qu'auparavant, tout ce bruit pouvait la déranger lors de son sommeil par exemple. Maman lui disait toujours de déplacer la cage dans la salle de bain d'à côté mais Cassie ne voulait pas. Elle se disait que ses lapins se sentiraient seuls sans elle pendant la nuit. Puis, à force, on s'y habitue.

Pendant qu'elle donne un peu à manger à ses petits rongeurs, elle entend un bruit contre sa fenêtre, comme si quelque chose avait tapé contre la vitre. Elle se retourne vers celle-ci, mais ne voit rien. Alors Cassie s'approche et ouvre la fenêtre pour voir à l'extérieur. Elle entend ensuite un sifflement qui lui est familier et en baissant la tête vers la rue sous elle, elle aperçoit Alvah. Elle lui adresse un grand sourire de là où elle est et lui fait de grands signes en criant son prénom. Puis elle sort de sa chambre pour enfiler ses chaussures et sortir de l'appartement. Au lieu de prendre l'ascenseur, elle dévale les escaliers pour rejoindre son ami à l'extérieur. Une fois dehors, Cassie l'appelle encore une fois et lui saute dessus pour le serrer dans ses bras.

« Alvah ! Ça fait longtemps que je ne t'avais pas vu ! »

Cassie et Alvah ne s'étaient plus revu depuis la disparition des adultes. Cassie était dans la même classe qu'Alvah et ils sont amis depuis un certain temps. La jeune fille invitait souvent son ami à la maison pour qu'ils puissent jouer ensemble. Elle est si heureuse de voir qu'il s'est souvenu où elle habite et qu'il vienne la voir aujourd'hui. Cassie se recule un peu quelques secondes après son gros câlin pour laisser Alvah respirer mais elle s'exclame de nouveau :

« Comment ça va ? Tu m'as manqué tu sais ! Enfin, on ne va pas rester dehors dans la rue quand même, viens on rentre ! »

Elle attrape aussitôt son poignet pour l'entraîner à l'intérieur du grand immeuble. Cette fois-ci, elle appelle l'ascenseur. Même sans les adultes, il fonctionne toujours. Malgré tout, Cassie a toujours peur qu'il s'arrête d'un seul coup pendant qu'elle est à l'intérieur, mais aujourd'hui Cassie n'est pas toute seule alors elle n'y pense pas. En plus de ça, elle est essoufflée d'avoir couru dans les escaliers, elle ne se sentait pas capable de remonter ces marches.

Une fois arrivés, Cassie invite Alvah à rentrer dans l'appartement en premier puis elle referme derrière elle. Elle pose ses chaussures à l'entrée et s'avance un peu dans le salon, se retournant ensuite vers son ami. Elle le scrute quelques secondes avant de demander :

« Tu as peut-être faim non ? Tu as l'air tout fin ! J'ai fait des cookies hier, tu en veux ? Je te promets qu'ils sont bons, j'ai goûté ! Je me suis entraînée depuis qu'on est plus vraiment obligés d'aller à l'école maintenant... »

Elle s'éloigne d'Alvah pour aller chercher l'assiette de cookies dans la cuisine et elle revient aussitôt pour lui présenter les cookies. Elle sourit en attendant qu'il en choisisse un.



aestheticplaylist
(merci alvah et lou pour les avatars )
avatar
Je suis Alvah Harper
0 messages
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 18
Avatar : hibiki kuze - shin megami tensei devil survivor 2
Age du personnage : 13 ans
Voir le profil de l'utilisateur
30.06.18 14:35


We were light and paper thin
ft Cassie
Tu étais soulagé de constater que ta paranoïa n'était pas fondée. Lorsque tu aperçus le visage de Cassie à travers la fenêtre, tu la vis fidèle à elle-même, comme si la disparition des adultes ne l'avait pas atteinte. Elle était toujours si pleine d'énergie, alors que tu avais l'impression de t'épuiser à force de dormir. Tu aurais aimé savoir son secret, où elle puisait cette force que tu ne trouvais pas en toi. Tu répondis par un timide signe de la main avant de t'avancer vers l'entrée, maintenant certain qu'il n'y avait pas l'ombre d'un danger.

Cassie c'était une boulet de canon. Elle te serra contre elle. Tu ne savais pas trop quoi faire toi, surtout de tes bras qui vinrent l'enlacer un peu maladroitement. Tu n'étais pas spécialement habitué à ce que l'on te témoigne autant d'affection en dehors de ta famille et il fallut que tu prennes une profonde inspiration pour ne pas pleurer. Parce que cela faisait longtemps que tu n'avais plus vraiment eu de contacts humains. Parce que cela faisait remonter des souvenirs devenus trop lourds.

Oui Cassie, ça fait longtemps.

Tu ne savais pas spécialement mentir, mais même si tu ignorais le jour qu'il était, tout était trop long.

Je vais bien.

Tu n'avais pas envie de l'inquiéter avec tes histoires. Il ne se passait rien d'intéressant dans ton appartement de toute façon. Tu voulus lui renvoyer la question, mais elle ne tenait pas en place et t'invitait déjà à rentrer. Tu l'avais toujours acceptée ainsi et elle te faisait du bien en étant simplement elle, alors tu te contentas d'acquiescer sans lui dire quoi que ce soit d'étrange. Elle aurait débarqué à l'improviste chez toi si elle avait su que tu manquais de soleil. Elle avait déjà assez de mal sans ses propres parents. Autant suivre.

Tu aimais bien suivre. C'était sécurisant.
Tu ne comprenais pas pourquoi Cassie tenait ton poignet. C'était plaisant.

Tu n'avais pas envie de te vanter, de faire le grand garçon qui était sûr d'où il allait. Tu n'avais pas envie qu'elle te lâche si tu lui disais que tu avais déjà fait ce chemin souvent, avant. Tu ne pensais pas qu'elle avait envie de te lâcher dans l'ascenseur de toute façon. Tu la laissas prendre les devants et rentrer chez elle. Tu mimas le fait qu'elle retirait ses chaussures. Toi tu les gardais toujours habituellement, au cas où tu aurais dû courir pour échapper à ce qui devait être le responsable de l'enlèvement de tes famille. Ou peut-être que tu avais juste trop lu les comics d'Elijah.

C'est gentil merci Dis-tu en souriant, prenant un des cookies du bout des doigts. À l'école, tes camarades auraient tous hésité à se risquer à la cuisine de Cassie. Il fallait dire que ses premières tentatives étaient douteuses. Mais elle avait toujours été là quand tu t'étais fait voler ton dîner, à te proposer quelque chose que tu avalais sans broncher. Tu n'avais pas un estomac fragile heureusement et tu n'avais jamais eu le cœur de lui avouer qu'elle avait dû confondre le pot de sucre et de sel. Et toi comment tu te portes ? Si tu veux, je peux te prêter un des livres de cuisine de maman la prochaine fois.

C'était comme une épée qui s'enfonçait dans ta poitrine à chaque fois que le sujet s'échappait de tes lèvres, mais s'il y avait bien une personne qui aurait fait attention et utilisé les précieux livres de ta mère, c'était bien Cassie. Tu étais certain qu'elle préférait qu'ils servent plutôt que prendre la poussière dans les étagères. Toi c'était pas ton truc. Tu cuisinais parce que tu devais, mais tu finissais toujours en larmes parce que rien n'avait le même goût que ce que te faisait maman.Tu croquas dans le biscuit en tournant lentement sur toi-même pour regarder l'état des lieux, et tu réalisas combien tu négligeais le nettoyage chez toi. Un ménage de printemps, cela ne t'aurait pas fait de mal et c'était plus productif que penser à tagguer les murs.

Je t'avoue que l'école ça ne me manque pas vraiment.... Elijah serait pas content de m'entendre dire ça. Tu joignis tes mains dans ton dos, plutôt gêné parce que tu étais devenu un peu un hors-la-loi en quelque sorte. Cependant, restait-il vraiment des lois finalement ? Tu risquais d'y réfléchir longuement ce soir devant tes feuilles. En tout cas c'est toujours aussi joli ici. Tes lapins vont bien ? Tu te demandas un instant si les animaux adultes avaient disparu aussi. Quelque part, c'était injuste qu'ils soient restés.






You take things so hard and then you fall apart



Your heart's too big for your body

avatar
Je suis Cassie
0 messages
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 23
Avatar : qiu tong - tamen de gushi
Age du personnage : treize ans
Voir le profil de l'utilisateur
06.07.18 14:46
we were light and paper thin
#A2BED6
@Alvah
Cassie attend que son ami Alvah prenne un cookie pour aller poser l'assiette sur la table basse. Elle se retourne ensuite instinctivement vers lui lorsqu'il croque et mange un premier morceau pour voir sa réaction. Cassie s'était dévouée corps et âme dans ces cookies pour qu'ils soient réussis et surtout bons. Elle sait qu'elle avait fait beaucoup de ratés jusqu'à aujourd'hui. Sa cuisine n'était malheureusement pas aussi bonne que celle de Maman, mais malgré tout, Cassie adore cuisiner. Cela passe le temps, c'est amusant et au moins, elle oublie qu'elle est seule. Quand elle cuisine, l'appartement prend une odeur sucrée et délicieuse, comme si Maman était là et qu'elle préparait de bons gâteaux pour le goûter. Cassie est certaine que Maman aurait adoré voir Alvah à la maison. Elle l'aimait beaucoup et passait son temps à le câliner quand il était à la maison, cela agaçait Cassie parce qu'elle, elle voulait jouer avec Alvah ! Cependant, aujourd'hui, elle regrette que Maman ne soit pas là pour voir Alvah.

Cassie sursaute ensuite au moment où son ami lui demande comment elle va, elle s'était perdue dans ses pensées et n'avait plus vraiment fait attention à la conversation qu'elle avait laissé en suspens en l'embarquant à l'intérieur du grand immeuble où elle habite un peu plus tôt. Elle rougit un peu, gênée de prendre conscience qu'elle s'était emportée encore une fois par l'excitation, mais elle se rattrape bien vite pour lui répondre : « Oui, oui ! Ça va même si... » Elle laisse sa phrase en suspens, n'osant pas la continuer. Elle ne veut pas avouer à Alvah que sa famille lui manque, tout comme le pâtissier d'à côté ou même les professeurs à l'école. Cassie ne peut pas le dire à Alvah car elle sait que cela pourra le rendre triste, ou pire encore, le faire pleurer. Cassie sait qu'Alvah tient beaucoup à ses parents et à son grand frère. Elle n'a pas idée de ce qu'il peut vivre maintenant qu'ils ne sont plus là et elle ne veut pas lui rappeler tout ce malheur. Elle souhaite de tout son cœur lui changer les idées, il ne faut plus penser aux choses tristes. « Tu crois que je peux les emprunter...? J'aimerai beaucoup ! Ma Maman en a plein aussi, je n'ai pas encore pu faire toutes les recettes qui sont à l'intérieur, si tu veux je pourrai t'apprendre à faire du gâteau au chocolat, un autre jour ? »

Elle invite ensuite Alvah à rejoindre le canapé dans le salon, ils pourront être plus à l'aise comme ça. Cassie s'assoit en tailleur sur celui-ci. Papa aurait demandé à s'asseoir correctement s'il l'avait vu dans cette position, mais Papa n'était plus là, alors... Alvah explique ensuite qu'il ne va plus à l'école, mais ça ne surprend pas Cassie. Plus personne ne va à l'école, s'il n'y a plus de professeurs, ça ne sert plus à rien d'y aller. Cassie continue encore à étudier avec des livres mais elle doit bien avouer qu'elle ne comprend pas tout, mais personne n'est là pour l'aider. Alors elle ne reproche rien à Alvah, elle se contente d'acquiescer de la tête en souriant. Elle se penche ensuite vers la table basse pour attraper un cookie et croquer dedans en faisant attention à ne pas mettre des miettes partout. Elle le trouve plutôt bon, mais un avis extérieur est toujours bon à prendre, c'est ce que Maman disait toujours. Elle finit de mâcher et d'avaler le morceau qu'elle avait dans la bouche avant de reprendre la parole :

« Merci c'est gentil ! J'aime pas vraiment faire le ménage mais bon... La poussière c'est pas cool non plus ! Mes lapins vont bien ! Je vais pas te les montrer, je voudrais pas que tu tombes malade à cause d'eux... Oh je vais mettre un peu de musique si ça te dérange pas ! »

Elle abandonne son cookie à moitié grignoté au bord de l'assiette et se relève pour aller mettre un vinyle sur le vieux tourne-disque de Maman. Elle prend un disque au hasard et fait attention en le mettant. Elle baisse un peu le son pour que la musique ne les empêche pas de discuter correctement et retourne aussitôt s'asseoir aux côtés de son ami. Elle reprend son cookie et demande :

« Du coup, tu fais quoi à la place d'aller à l'école maintenant...? Tu danses toujours j'espère ! »



aestheticplaylist
(merci alvah et lou pour les avatars )
avatar
Je suis Alvah Harper
0 messages
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 18
Avatar : hibiki kuze - shin megami tensei devil survivor 2
Age du personnage : 13 ans
Voir le profil de l'utilisateur
19.07.18 12:40


We were light and paper thin
ft Cassie
Tu savais. Cassie n'avait pas besoin d'achever sa phrase. Tu l'avais naturellement complétée, laissant ton regard se déporter sur la gauche. Tu fuyais car tu aurais fondu en larme si tu avais aperçu le moindre reflet humide dans son regard. Tu estimais qu'elle n'avait pas besoin de ça. Tu t'en voulais d'ailleurs, luttant contre cette impression de faillir à ton statut d'ami alors qu'elle aussi traversait une période aussi compliquée que la tienne. T'aurais voulu avoir les épaules plus solides Alvah, et être comme Elijah. T'aurais voulu devenir celui qui tenait bon, celui sur lequel on pouvait se reposer lorsque tout paraissait trop difficile, mais tu ne savais pas par où commencer. T'en avais ni la force, ni la carrure. Au lieu de simplement te dire qu'un écureuil ne respirait pas sous l'eau, tu laissais tes pensées t'asphyxier.

Ce poids allait te peser jusqu'à ce que ta corde se rompe.

Oui on peut faire ça... Ta phrase resta suspendue quelques secondes avant que tu ne la reprennes, car tu avais voulu donner une date. Tu avais perdu cette notion, alors tu prétendis juste que tu réfléchissais à ton planning. Tu profitais du fait que ton amie ne connaissait pas la gravité de ta situation pour habilement noyer le poisson. Quand tu veux. Même maintenant. Ce n'est pas comme si les magasins avaient une heure de fermeture de toute façon.

Tu souriais. Ce même sourire qui se collait à tes lèvres lorsque tes parents te demandaient si ta journée à l'école s'était bien passée. La seule chose qui te trahissait parfois, c'était la façon dont tu frottais ta nuque ou jouait avec l'une des boucles. Gêne, tic quand tu mentais, anxiété, ... Peu importait la raison exacte. Tu faisais cela quand tu avais besoin de te réconforter et te rassurer, ce qui était devenu une nécessité constante. Instantanément, ton pied suivit le rythme de la musique qu'avait lancé la jeune fille, marquant les huit temps.

Puis tu déchantas quelque peu. Tu avais naturellement pris de ses nouvelles, heureux de savoir qu'elle se débrouillait à merveille. Un peu frustré par tes allergies puisque tu aurais voulu papouiller ses animaux, tu triturais vindicativement les oreilles de lapin cousues à la capuche de ta veste (Parfois, tu te disais que c'était certainement ce choix vestimentaire plutôt douteux qui t'avait permis de rencontrer Cassie, alors c'était en partie pour cette raison que tu étais autant attaché à ce bout de tissu) lorsqu'elle te renvoya la question. Tu étais un peu pris au dépourvu.

Je cherche des trucs à faire. J'écris toujours, mais j'ai plus de temps alors c'est un peu ennuyeux. Du coup je me dis que je pourrais apprendre de nouvelles choses. L'autre soir, j'ai essayé de recoudre une chaussette trouée, et j'ai un pantalon qui a un problème de tirette. Je pourrais me mettre à la guitare, mais j'ai peur de casser une corde vu qu'elle est à Elijah. Il dit toujours que c'est comme ça qu'on vole le cœur des filles.

C'était un mélange aussi sucré qu'amer. Tu ne sauras probablement jamais parler de ta famille au passé, mais l'image d'Elijah qui répétait en boucle les cinq même chansons sur sa guitare acoustique te paraît si lointaine que c'en est douloureux. Tu t'en servais d'excuse pour t'infiltrer dans sa chambre après le couvre-feu.

J'aime toujours danser oui.

Il fallait tourner autour. Dire une vérité pas trop éloignée pour ne pas avoir à mentir ouvertement. Tu sous-entendais que tu dansais encore tandis qu'en réalité, les forces te manquaient.

Tu savais. Cassie n'avait pas besoin de s'inquiéter pour toi. Elle aurait paniqué si elle avait su que tu étais trop cassé que pour t'exprimer à travers la danse, trop brisé que pour répondre à l'appel de ce qui t'avait toujours défini. La danse, c'était plus qu'une passion. C'était ton oxygène. Tout ça, c'était la manifestation physique que tu mourrais à petit feu.





You take things so hard and then you fall apart



Your heart's too big for your body

avatar
Je suis Cassie
0 messages
Date d'inscription : 24/06/2018
Messages : 23
Avatar : qiu tong - tamen de gushi
Age du personnage : treize ans
Voir le profil de l'utilisateur
19.07.18 15:09
we were light and paper thin
#A2BED6
@Alvah
Assise en tailleur, les mains sur les genoux, Cassie observe Alvah pendant que celui-ci était en train de parler. Elle cligne plusieurs fois des yeux, un peu hébétée par sa soudaine proposition. Puis elle se reprend bien assez vite, se rendant compte que la situation n'était plus la même qu'auparavant. Maman avait toujours dit qu'il ne fallait pas faire ses courses trop tard pour avoir le temps de prendre tout ce qu'il faut. Maman disait aussi qu'il ne fallait pas voler, que les vendeurs devaient être payés comme tout le monde. Pourtant, depuis que les adultes ont disparu, Cassie a déjà piqué de la nourriture ou d'autres choses dans des magasins abandonnés dans la cité d'Ys. Elle a un peu honte de tout ça et elle essaye toujours de se convaincre qu'elle ne fait qu'emprunter des choses. Quand le pâtissier du coin et les autres vendeurs reviendront, Cassie ira les rembourser avec toutes ses petites économies. Elle cassera avec peine sa tirelire pour récupérer toutes les pièces qu'elle gardait précieusement pour pouvoir s'acheter le cadeau de ses rêves. Pour l'instant, la petite fille se contente d'acquiescer en souriant, elle ne veut pas montrer ses faiblesses devant Alvah. Maman non plus ne montrait pas ses faiblesses, Cassie ne se souvient pas de l'avoir vue pleurer une seule fois.

« Oui, tu as raison... Ça doit être marrant d'aller faire les magasins pendant la nuit, même si je pense que je serais jamais capable d'y aller, même avec quelqu'un ! Tu as envie de faire un gâteau maintenant ? » Elle hausse les épaules en commentant. « C'est comme tu veux, Alvah ! Moi je suis toujours partante pour cuisiner. »

Et son sourire s'agrandit en peu plus en voyant Alvah sourire. Cassie est innocente, un peu trop naïve sur les bords. Elle a du mal à se rendre compte des faux sourires, ceux qui sont un peu trop forcés. Pourtant, elle aussi force un sourire parfois. Même si tout ce qu'elle peut souhaiter, c'est que ses amis soient heureux avec elle et dans la vie de tous les jours, elle ne remarque pas toujours lorsqu'ils vont mal. Au fond, elle sait qu'Alvah doit beaucoup souffrir d'avoir perdu sa famille, comme tous les enfants encore présents sur l'île et c'est pour ça qu'elle fait attention à ne pas trop mentionner le sujet sur son frère ou ses parents. Cependant, Cassie est loin d'imaginer comment Alvah pouvait se sentir en réalité.

Cassie croque de nouveau dans son cookie en écoutant attentivement le petit monologue d'Alvah. Elle finit rapidement le gâteau et vérifie qu'elle n'a pas laissé de miettes partout. Puis, elle en reprend un deuxième. Elle a le droit, c'est elle qui les a faits ! Cassie pense quand même à Maman qui lui aurait fait remarquer que la gourmandise est un vilain défait si elle l'avait vu faire. Et elle aurait eu raison. Cassie n'avait pas forcément très faim, mais elle ne peut s'empêcher d'en reprendre un et d'en proposer de nouveau à Alvah. Il fallait qu'il ait le ventre bien rempli quand il rentrera chez lui ! Dès que son ami commence à mentionner la couture et la musique, Cassie sautille sur place et attend impatiemment qu'il finisse de parler pour s'exclamer :

« Je pourrai t'aider à coudre ta chaussette si tu veux ! Je sais comment faire, Maman m'a appris ! Bon par contre il faut faire attention à ne pas se piquer avec l'aiguille... Ah bon c'est vrai ? » Elle pose son index contre ses lèvres, perplexe. « Moi, je préfère la trompette. Si tu veux jouer d'un instrument de musique, je peux t'apprendre à faire de la trompette ! C'est rigolo. Je peux en jouer un peu pour toi maintenant, si tu veux ! »

Et elle a déjà oublié qu'Alvah lui avait proposé d'aller chercher les ingrédients dans les magasins pour faire un gâteau au chocolat. Elle gobe le reste de son cookie et se relève rapidement du canapé pour changer le disque, mettant un autre avec des musiques qui lui semblent plus adéquates pour pouvoir danser. Cassie tente ensuite de faire un tour sur elle même d'une façon presque gracieuse dans le salon, manquant par la même occasion de faire tomber la lampe à côté d'elle. N'y prêtant aucune attention, elle se rue sur Alvah pour lui dire.

« J'aimerais tellement savoir danser ! Dis, tu m'apprendras des pas un jour ? »



aestheticplaylist
(merci alvah et lou pour les avatars )
Je suis Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
Sauter vers: